Grâce à leur politique RSE, les entreprises peuvent améliorer leur réaction face aux enjeux liés à leurs activités et à leurs performances. La démarche permet de gérer les risques, de saisir les opportunités et de respecter la réglementation, notamment en matière de transparence. Elle aide également à s’adapter aux attentes des parties prenantes sur le plan éthique et du développement durable. 

C’est quoi la politique RSE en entreprise ?

C'est quoi la politique RSE en entreprise ?
Source : Pasuwan / Shutterstock.com

La politique RSE en entreprise consiste essentiellement à adopter des pratiques éthiques et durables au quotidien, afin de préserver l’environnement et d’améliorer la société. Qu’est-ce que la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ? Selon la commission européenne, elle vise à intégrer les préoccupations environnementales et sociales dans les activités ainsi que les relations commerciales.

À travers la démarche RSE, les entrepreneurs cherchent à participer activement aux enjeux du développement durable. Le principe est de rentabiliser son établissement en ayant un impact positif sur l’environnement et la société. D’ailleurs, ce concept est également appelé « responsabilité sociale des entreprises ». La norme internationale ISO 26000 permet de circonscrire la RSE autour de 7 grandes thématiques :

  • La bonne gouvernance de l’entreprise ;
  • Le respect des droits de l’homme ;
  • Les relations et les conditions de travail ;
  • La protection de l’environnement ;
  • La loyauté dans les pratiques commerciales ;
  • La considération des consommateurs ;
  • L’engagement responsable en faveur des communautés et du développement local.

Quel est le but de la RSE ?

Quel est le but de la RSE ?
Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

La politique RSE en entreprise vise avant tout à répondre aux nouveaux défis des professionnels (environnementaux, ressources, besoins de transparence, etc.). Elle mènera à terme à des actions responsables internes et externes. Cette démarche permet également de répondre aux exigences des différentes parties prenantes de l’entreprise (actionnaires, clients, partenaires, syndicats, etc.). 

La RSE implique notamment d’étudier les impacts des activités économiques sur le plan sociétal et environnemental. Cette évaluation peut, par exemple, se focaliser sur la consommation d’énergie et d’eau, l’incidence des accidents du travail, etc. Dans le cadre de cette démarche, l’entreprise pourra identifier et maîtriser les divers risques inhérents à son secteur. 

Cette approche permettra ensuite de réduire concrètement les empreintes sociales et écologiques des activités considérées (bilan carbone, sécurité au travail, etc.). Elle aidera également l’établissement à détecter les opportunités de business, comme les produits ecofriendly, l’économie circulaire… 

Enfin, la pérennité des entreprises est désormais en jeu, si elles font abstraction des problématiques RSE. L’exemple le plus parlant concerne notamment la raréfaction des matières premières. Les opérateurs économiques doivent anticiper l’épuisement de ces ressources, au risque de disparaitre sur le moyen ou le long terme. 

Qui s’occupe de la RSE dans l’entreprise ?

Qui s'occupe de la RSE dans l'entreprise ?
Photo de Ylanite Koppens provenant de Pexels

En général, les grandes entreprises possèdent un service dédié au développement durable. Ce département s’occupe de la mise en œuvre de la démarche RSE au sein de l’établissement. Dans certaines structures, le pôle en question peut être associé aux équipes en marketing, communication ou relations extérieures. 

Les grandes marques possèdent souvent plusieurs correspondants RSE évoluant à l’international. Ces professionnels permettront de relayer les engagements du groupe auprès de ses filiales ou de ses usines. Un tel maillage aide par ailleurs à réaliser des actions efficaces sur le terrain et à promouvoir la responsabilité de l’entreprise. 

Toutefois, la RSE ne concerne pas uniquement les personnes responsables ou les services dédiés. La démarche requiert en réalité l’implication des collaborateurs dans tous les départements de l’entreprise. Ils doivent notamment participer à travers les gestes écologiques du quotidien, comme l’économie d’énergie, d’eau, de papiers… 

Enfin, cette politique globale nécessite une véritable réévaluation des pratiques et des métiers. Concrètement, une entreprise cohérente choisira ses fournisseurs en se basant aussi sur les critères ESG (environnementaux, sociétaux et de gouvernance). De plus, cette sélection est facilitée par des sites spécialisés dans le domaine. 

Comment mettre en place une politique de RSE en entreprise ?

Comment mettre en place une politique de RSE en entreprise ?
Photo de fauxels provenant de Pexels

Les CCI fournissent un accompagnement spécifique aux professionnels souhaitant déployer une politique RSE en entreprise. En engageant cette démarche, il est important de se focaliser sur les problématiques propres à son établissement, à son territoire ou à son activité. Cette approche permettra de développer des mesures et des actions concrètes, environnementales, sociales ou de bonne gouvernance. 

Par ailleurs, l’entreprise doit apprendre à hiérarchiser les actions à mettre en œuvre pour gagner en efficacité. Ce principe est communément appelé la « matérialité ». L’idée est de commencer par les enjeux concernant le plus son activité. Il peut s’agir de questions climatiques, sociétales ou économiques. Les solutions s’imposeront ensuite comme privilégier les achats responsables, miser sur des fonds ESG ou des fonds ISR

Pour bien définir ses priorités, la meilleure solution consiste à ouvrir un dialogue avec toutes les parties prenantes. L’entreprise pourra ainsi cerner les sujets pouvant influer sur ses performances et ses impacts environnementaux ou sociaux. Enfin, le suivi des progrès dans le domaine requiert généralement l’intervention d’une agence de notation extra-financière.

Source image de couverture : Jerome.Romme/ Shutterstock.com

> >

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here