Plusieurs solutions s’offrent à vous pour la sauvegarde de vos données : NAS, disque dur ou cloud. La sécurité constitue toutefois un point à traiter avec prudence, quelle que soit l’option choisie. Mais comment sécuriser les données d’une entreprise ? Tour d’horizon !

Que risque l’entreprise en ne sécurisant pas ses données ?

Que risque l'entreprise en ne sécurisant pas ses données ?
Photo by Arlington Research on Unsplash

Les informations communiquées par les médias font comprendre l’importance d’une solution performante pour sécuriser les données en entreprise. En effet, les cyberattaques se multiplient ces derniers temps. Elles touchent autant les professionnels que les organismes publics. 

Les données récupérées sont parfois utilisées pour demander une rançon au propriétaire ou à l’entreprise qui les détient. Dans d’autres cas, elles sont tout simplement divulguées sur le Web. Quoi qu’il en soit, un tel incident n’est pas sans conséquence sur votre organisation.

Une cyberattaque impactera forcément votre fonctionnement. Il faut parfois du temps pour récupérer les données perdues. D’autant plus que cela génère un coût financier. Il faut notamment compter les frais de récupération et parfois le remboursement des clients.

Enfin, un tel désagrément peut porter atteinte à l’image de marque. Il sera en effet difficile pour certains clients de faire à nouveau confiance à une entreprise victime d’un vol de données. 

Eu égard à ces nombreux enjeux, il devient ainsi indispensable de mettre en place une solution de sécurité efficace, adossée à votre système de sauvegarde de données en entreprise. Il faut cependant souligner que la menace ne provient pas uniquement du Web et des connexions au réseau informatique. Elle peut également provenir d’une source interne et concerner les données matérialisées.

Protéger les accès physiques

Protéger les accès physiques
Photo by Annie Spratt on Unsplash

La loi Informatiques et Sécurités impose aux entreprises de définir une solution appropriée afin de protéger les données à caractère personnel. Cela entre également dans le cadre de la mise en conformité avec le RGPD, le règlement appliqué actuellement en Europe.

Mais comment sécuriser les données d’une entreprise stockées dans des supports physiques ? Différentes mesures peuvent être adoptées.

Verrouiller les postes de travail

Il est nécessaire d’inciter chaque utilisateur à verrouiller leur poste pendant leur absence. Vous pouvez aussi les paramétrer pour activer un verrouillage automatique au bout d’une certaine période d’inactivité. 

Par ailleurs, n’hésitez pas à restreindre l’accès aux ports USB. Cela permet de limiter les copies de fichiers.

Contrôler l’accès aux données

L’accès aux données doit être limité aux seuls agents qui en ont besoin. Vous devez en outre vérifier et mettre à jour le droit d’accès régulièrement. Retirez directement les personnes qui ne sont plus concernées par le projet ou les salariés qui ont démissionné.

Mettre en place une politique de mot de passe 

Utiliser des mots de passe vous aidera à réduire les risques de fuites de données. Cela vous permet de limiter l’accès à chaque poste et à vos différents fichiers. D’ailleurs, il est préférable de définir des comptes utilisateurs personnalisés associés à un identifiant et un mot de passe.

Celui-ci doit être individuel, confidentiel et difficile à chiffrer. Chaque utilisateur est aussi tenu de le changer régulièrement. 

Sécuriser les locaux 

L’accès aux salles contenant les documents sensibles et les serveurs doit être strictement contrôlé. Vous pouvez par exemple utiliser une porte à clé et un badge d’accès. Il est aussi important d’en restreindre l’entrée. Seuls les salariés doivent y accéder.

Protéger le parc informatique des virus et autres attaques

Protéger le parc informatique des virus et autres attaques
Source : Sylverarts Vectors / Shutterstock.com

Les entreprises figurent parmi les principales cibles des pirates informatiques, du fait du volume important de données personnelles manipulées. Pour se protéger contre la cybercriminalité, il s’avère indispensable de renforcer les mesures en interne. 

Définir une charte de sécurité 

Cette charte retranscrit les stratégies à mettre en œuvre pour se protéger et celles à suivre en cas de cyberattaque. Par ailleurs, elle définit clairement les responsabilités de chaque salarié à l’occasion d’un piratage.

Former et sensibiliser les salariés 

Ils doivent comprendre les risques et connaitre les bonnes pratiques à adopter pour éviter les attaques informatiques. En effet, un seul clic sur un fichier inconnu peut mettre à mal l’ensemble de votre système informatique.

Utiliser des logiciels de protection 

Les logiciels antivirus et le pare-feu contribuent grandement à la protection contre les malwares et fichiers malveillants. Vous devez les installer sur chaque poste de travail.

Les mises à jour limitent par ailleurs la vulnérabilité de votre parc informatique.

Inclure une clause de confidentialité dans le contrat de sous-traitance

Une telle clause est obligatoire dans tout contrat de sous-traitance. Le prestataire doit également garantir la sécurité des données qu’il a en main. Un système de chiffrement est même nécessaire pour les données sensibles. Ces mesures différentes vous préservent du danger de la sous-traitance informatique.

Prévoir les systèmes de sauvegarde efficaces

Prévoir les systèmes de sauvegarde efficaces
Photo by Rodeo Project Management Software on Unsplash

De plus en plus fréquents dernièrement, les ransomwares sont plus que problématiques. En effet, ces logiciels s’infiltrent dans votre système et bloquent l’accès à vos données. Un système de sauvegarde efficace permet toutefois d’en limiter les impacts sur votre organisation. Il s’agit donc d’une piste à explorer si vous vous demandez comment sécuriser les données d’une entreprise.

Dans le cadre de votre plan de sauvegarde informatique, vous pouvez appliquer la règle du 3-2-1. Elle consiste à réaliser trois copies de vos données. Concrètement, l’idée est de disposer d’un original et de deux copies. L’idéal serait d’utiliser des équipements différents pour les trois copies. De même, l’une des copies doit se trouver à l’extérieur de votre site.

Vous pouvez par exemple utiliser un disque dur, un serveur NAS, et une solution Cloud pour le stockage hors site.

Cette technique permet de récupérer les données en cas d’attaques. Aussi, elle vous donne la possibilité de poursuivre votre activité. Dans ce cadre, prenez soin d’avoir une copie qui facilite la récupération tout en étant inaccessible aux  pirates informatiques.

S’il y a sous-traitance, vous devez prévoir une clause concernant la restitution ou la suppression des données. Elle doit intervenir dès la fin de la collaboration avec le prestataire externe.

Source image de couverture : ImageFlow/ Shutterstock.com

> >

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here